L’absence d’urgence climatique dans les faits

31 Oct, 2019

Plus de 700 scientifiques et professionnels déclarent l’absence d’urgence climatique

Dernièrement, j’ai signé une déclaration relative au climat avec 700 autres scientifiques et professionnels climato-réalistes à travers le monde autour de la thématique « climat, énergie et environnement » (à ma connaissance nous étions plus de 50 pour la France au dernier pointage). Cette déclaration a pour but de signaler au Secrétaire général des Nations Unies qu’il n’y a pas d’urgence climatique en cours et qu’il n’y a donc aucune nécessité de faire souffrir les populations sur la planète avec des politiques climatiques coercitives et onéreuses visant à leur faire émettre moins de gaz à effet de serre.

– Contenu en Français de la déclaration sur l’absence d’urgence climatique

– Liste des premiers signataires pour la France

Définition d’une urgence climatique

Le fait que notre déclaration ait employé le terme d’ « urgence » évoque directement le fait que certains Etats et organisations internationales poussent à mettre en place des mesures coercitives compte tenu des périls hors normes auxquels nous serions confrontés. La notion de péril évoqué par le terme d’urgence induit qu’il est ici question de traiter des impacts dangereux de l’évolution climatique en cours ; évolution qui entraînerait des catastrophes d’origine atmosphérique bien plus sévères que celles auxquelles nous avons été jusqu’ici exposés.

Aujourd’hui, l’alarmisme climatique est partout présent dans les médias français. Si beaucoup d’événements météorologiques tels que des cyclones, des inondations ou encore des incendies de forêt sont attribués un peu rapidement au réchauffement climatique, qu’en est-il concrètement dans les faits ?

Evolutions temporelles des aléas d’origine météorologique

1/ Les tempêtes

2/ Les cyclones

3/ Les pluies violentes sur les régions méditerranéennes françaises

Source : Météo France
Source : Météo France
Source : Météo France

4/ Les inondations en France

Source : CCR
Source : Léo Lacroix (!)
Source : CCR

5/ Les submersion marines

Source : Marégraphe de Brest – SONEL
Source : Laboratoire de Géographie physique et Environnement – Université Caen Basse Normandie
Source : Papier de conférence lors des Journées du Génie Côtier .

6/ Les avalanches

Crédit : ANENA – Fred Jary

7/ Les vagues de froid

Source : Météo-France

8/ Les vagues de chaleur

Source : Météo France

9/ Les sécheresses

Source : Météo France

10/ Incendies de forêt

Source : Département de l’Aude

11/ Sinistralité

Source : CCR

12/ Production céréalière

Source : FAO/Actalitix.com

Dans les faits, il n’y a aucune urgence climatique

Source : Cédric Moro – I-Resilience – 2019

Le climat a toujours changé et continue de changer. Néanmoins, à la vue de ce tableau synthétique des évolutions des aléas météorologiques sur des séries de données d’au moins 30 ans, on constate qu’il n’y a aucun emballement climatique actuel qui ne mette en péril les Français plus qu’ils ne l’étaient auparavant et qui justifierait un quelconque état d‘urgence dans ce domaine. Tout juste suffit il de faire porter un effort supplémentaire d’adaptation sur notre préparation à des vagues de chaleur plus nombreuses en été et à aménager le territoire pour mieux affronter des épisodes de sécheresse plus longs (mais cet effort est loin d’être insurmontable sans état d’urgence). Cette tendance d’aggravation de ces deux aléas liés au réchauffement en cours depuis la sortie du petit âge glaciaire est néanmoins nettement contrebalancée par une diminution des vagues de froid meurtrières. Mieux encore, l’aléa inondation, celui qui expose le plus grand nombre de nos concitoyens en France est en stagnation voir en diminution en ce qui concerne les crues majeures des grands fleuves où se trouvent nombre de nos grandes villes.

Cependant, comme le montre ces graphiques, les catastrophes naturelles liées aux aléas météorologiques sont récurrentes dans l’histoire de France. Il est donc toujours aussi primordial d’en tenir compte dans les politiques publiques, aussi bien pour les événements qui sont devenus plus fréquents comme les vagues de chaleur en été comme pour ceux qui le sont moins comme les crues majeures des fleuves français. Espérons simplement qu’une fois que toute cette démagogie climatique sera retombée, la prévention des risques naturels majeurs ne pâtisse pas d’un alarmisme surjoué pendant des années jusqu’à l’écoeurement.

About the author

Cédric Moro

Auteur du blog www.i-resilience.fr

Related Posts

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.